La Chine porte les négociations nucléaires en Iran 

2012-02-16 22:38

 

 Lundi dernier, Ma Zhaoxu, le ministre assistant chinois des affaires étrangères, s’est rendu à Téhéran pour essayer de convaincre le régime iranien de rejoindre les négociations nucléaires avec les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne.

 
Ce groupe, appelé P5+1, inclut aussi les États-Unis qui ont renforcé leurs sanctions contre l'Iran, ces dernières semaines sur la question du développement nucléaire.
 
Comme toujours, le régime chinois s’est opposé aux sanctions sévères contre l'Iran. La Chine, premier client du pétrole iranien, achète près de 20% de la production annuelle iranienne de pétrole brut. 
 
La Chine se trouve dans une situation délicate. Elle doit équilibrer ses intérêts économiques en Iran avec l'appel fort à l'intervention et aux sanctions des États-Unis et d'autres nations. 
 
L'Occident soupçonne l'Iran de se préparer à produire des armes nucléaires. Les dirigeants iraniens insistent sur le fait que leur programme nucléaire est pacifique et uniquement destiné à la production d'énergie. 
 
Parallèlement l'Iran a insisté sur son droit à poursuivre sa production nucléaire même sans le consentement du reste du monde. L'Iran s'est généralement montré peu coopératif avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, l'organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies.