David Cameron parle de la Syrie et des Îles Falklands 

2012-06-20 19:41

 

Vladimir Poutine, le président russe, est l'un des plus forts soutiens du régime de Bashar al Assad en Syrie et des répressions violentes visant toutes les formes d'opposition.

Lors du sommet du G20 qui vient de se terminer au Mexique, Vladimir Poutine a précisé que le peuple syrien devait être en mesure de déterminer quel dirigeant il souhaite voir au pouvoir. Par ces mots, le président russe a fait comprendre qu'il n'était plus favorable au maintien de Bashar al Assad au pouvoir.
Le premier ministre britannique a commenté ce changement de position lors d'une conférence de presse.
 
[David Cameron, Premier ministre britannique]
«Le Président Poutine a été explicite, il ne veut plus à tout pris que Bashar al Assad reste au pouvoir en Syrie. Nous devons trouver un accord sur une transition du pouvoir qui pourra conduire la Syrie vers un avenir démocratique et protègera les droits de toutes ses communautés. D'un autre côté cela n'a plus de sens de fournir des armes à un régime qui massacre son propre peuple avec des mortiers, des tireurs d'élite et des hélicoptères.»

Lors de la même conférence de presse, David Cameron a également abordé le sujet des tensions opposant la Grande-Bretagne et l'Argentine sur le territoire des Îles Falkland.
Lors d'une rencontre en marge du sommet, la Présidente argentine Cristina Fernandez a présenté à David Cameron une enveloppe contenant plusieurs dizaines de résolutions des Nations Unies appelant à un dialogue sur les Falklands, un archipel dans l'Atlantique sud. David Cameron a refusé cette enveloppe.

Cristina Fernandez accuse le gouvernement anglais de maintenir une enclave coloniale. Selon la Grande-Bretagne, les Îles Falkland disposent d'un gouvernement indépendant.

Les 3000 habitants de l'île ont planifié un référendum pour déterminer s'ils veulent rester dans les territoires d'outre-mer anglais.
 
[David Cameron, Premier ministre britannique]
«Je voulais soulever ce problème avec la présidente argentine. Il est important que tout le monde fasse attention à ce référendum. Je pense que c'est bien de défendre les Îles Falkland et je pense qu'il est nécessaire de lever tous les doutes sur ce territoire. Cela fait 30 ans que la guerre des Falklands est terminée, il est important de comprendre ce que les habitants du territoire ressentent. Mais il faut savoir aussi que la Grande-Bretagne défendra loyalement leurs droits.»
  
Le premier ministre britannique a également commenté la victoire de l'Angleterre sur l'Ukraine lors de l'Euro 2012, se qualifiant ainsi pour les quarts de finale.