Le foot de la rue: espoir pour les sans-abris 

2012-06-20 19:49

 

« Nous rencontrons tous les types de gens qui sortent pour jouer. Il s'agit de gens qui se rassemblent à l'église, là-haut, dégustent un repas et aiment jouer justement au foot, n'est-ce pas ?  »



Le soccer du Canada vise à amener les franges de la société à s'impliquer, mais il n'est pas toujours facile de les convaincre et susciter le désir de jouer.


[Ryan Mac Dougal, 17, ancien jeune à risque] :
« C'est vraiment un environnement confortable. Tout le monde se rencontre, apprend de nouvelles choses et joue un match.  »

Ce n'est pas simplement une question de vouloir s'amuser.


[ Lucas Goltz fondateur du soccer de rue à Halifax] :
«  Certains luttent contre des problèmes de santé mentale, C'est sûr que l'exercice peut aider cette situation. Sans oublier les relations et les amitiés qui se forment automatiquement. Nous avons des mecs qui abandonnent le tabagisme parce qu'ils veulent donner un meilleur rendement. »


[Valentin Mocanu] :
« Nous essayons de rompre les préjugés qui collent à la peau de ceux qui sont atteints de maladies mentales ; les préjugés envers l'itinérance, la pauvreté, la pauvreté perpétuelle. Je pense qu'en formant cette famille, cette communauté, nous pouvons faire toute la différence, un pas enfin pour mettre fin aux sans-abri à Halifax. »

Robbie O'Neill affirme avoir  remarqué toute la différence que le foot de rue peut accomplir.

[Robbie O'Neill, joueur de soccer de rue] :
«  J'ai déjà remarqué une différence chez certains de ces garçons qui ne s'entendaient pas, en conflit les uns avec les autres sur la rue. À présent, ils jouent ensemble sur l'équipe, ils se connaissent mieux. Ils sont un peu plus amicaux. »

La popularité du football de rue s'accroît de jour en jour. Plus d'une centaine de personnes ont pris part à Halifax. La coupe du monde des sans-abri au Mexique se jouera en octobre. Et rassurez-vous plusieurs des joueurs ici tenteront leur chance pour faire partie de l'équipe .