Nouveau départ en Somalie 

2012-06-21 16:12

 

En Somalie,  à Jazeera beach à Mogadiscio capitale ravagée par la guerre, des jeunes Somaliens  pour la première fois depuis de nombreuses années, profitent du soleil et des eaux turquoise de l’Océan Indien.

En 1991, les clans en conflit avaient plongé  le pays dans l'anarchie avant l’entrée des islamistes dans la bataille. Mogadiscio a donc perdu de sa splendeur sous les avalanches de balles et de mortiers au cours de  ces deux décennies.

A présent, c’est  comme une image d’avant guerre, le front de mer colonial, le climat agréable, dans le temps   certains s’amusaient à l’appeler " l’ATHÈNES AFRICAINE ".Après avoir vécu au Canada, Deka Cantar Abdikarin est en visite à Mogadiscio pour la première fois :

[Deka Cantar Abdikarin,  ex expatrié] : 
«Beaucoup de personnes rentrent maintenant, c'est probablement la période la plus sûre en Somalie. C’est un moment intéressant à cause des élections. Il se passe un tas de choses  et les gens reviennent pour reconstruire et réunir le pays. »

L’optimisme d’Abdikarin est partagé par plusieurs de ses concitoyens de la diaspora qui rentrent en masse afin de reconstruire le pays.

[Liban Sahal , ex expatrié]
« Je me prépare à participer aux investissement dans mon pays ainsi qu’à la construction et au développement de la Somalie. »

La reprise des activités sur la plage de Jazeera attire également les commerces.Ahmed Jama’Mohamed qui, jusqu'à récemment vivait au Royaume Uni est propriétaire du seul restaurant se trouvant sur Jazeera beach.

[Ahmed Jama’Mohamed : propriétaire du restaurant ]:
«C’est motivant. Nous avons appris en Grande Bretagne à nous développer, alors nous nous devons de leur montrer que nous sommes capables de reconstruire notre pays. »

[Abdi Dhore, un parlementaire somalien]:
«La diaspora somalienne est en train de rentrer. Ils ont des ressources, des ressources humaines, maintenant ils travaillent dans le gouvernement, dans le secteur privé, partout. Je pense que ce pays va revivre  très rapidement parce que sa population est dynamique, ce sont des gens qui ont le sens des affaires, ils sont partout dans le monde.»

Aujourd’hui, les jeunes écoutent de la musique, notamment du hiphop, à l’époque d’al Chebab c’était passible de la peine de mort, maintenant ils se promènent entre amis sur la plage.

[Mohamed Sahal , ex expatrié ]:
«Je suis très heureux de me  relaxer à Jazeera beach après 20 ans de guerre civile dans mon pays.»

La capitale Mogadiscio reste encore dangereuse et instable. Les analystes restent méfiants sur la stabilité et la sécurité dans l’ensemble du pays. Pourquoi une telle inquiétude ? Cela s’explique ! sans les 12 000 hommes de l’Union africaine, les insurgés qui contrôlent une grande partie du centre et du sud de la Somalie pourraient peut être s’y introduire de nouveau.
Alors profitons bien de ce vent chanceux qui plane en Somalie