Détérioration de la liberté de presse à Hong Kong 

2012-06-27 15:51

 

L'Association des journalistes de Hong Kong a mené une enquête de la mi-avril à début mai auprès de 663 journalistes dont près de 87% estiment que la liberté de la presse à Hong Kong a subi un recul depuis que Donald Tsang Yam-Kuen a pris ses fonctions il y a sept ans. L'insatisfaction s’est accrue de près de 30% comparé à l'enquête de 2007. 90% des participants pensent que le gouvernement a renforcé la censure des informations, et qu’il entrave la couverture médiatique.

[Mak Yin-ting, Présidente de l'Association des journalistes de Hong Kong]:
«De toute évidence, le gouvernement contrôle en amont la diffusion des informations, et les médias ainsi que le public qui sont en bout de chaîne des informations sont soumis à cette forme de contrôle flagrant. Cela affecte gravement le droit des citoyens à avoir accès aux informations.»

L'enquête démontre aussi que l'industrie des médias s'auto-censure de plus en plus, face à l'ingérence politique du Bureau de liaison du gouvernement central du peuple.

[Mak Yin-ting, Présidente de l'Association des journalistes de Hong Kong]:
« Près de 80% des experts disent que l'auto-censure s’est accentuée depuis que Donald Tsang Yam-Kuen est au pouvoir. Les informations sur les consortiums ou celles relatives à l'administration centrale font le plus souvent l'objet d'auto-censure.»

Le journal South China Morning Post de Hong Kong a récemment été critiqué pour son auto-censure sur l'activiste pro-démocrate Li Wangyang mort mystérieusement.

Mak Yin-ting appelle le gouvernement de Hong Kong à initier un acte de la Liberté d'Information pour redresser la situation.

Aussi Mak Yin-ting demande au gouvernement de Hong Kong de publier le programme de la visite de Hu Jintao dès que possible, et de ne pas limiter la liberté de la presse en définissant une zone spéciale réservée aux journalistes.

Nouvelles NTD, Hong Kong