Les sportifs olympiques grecs confiants malgré la crise 

2012-07-05 18:14

 

Selon les responsables sportifs du pays, la Grèce a réussi à envoyer une grande équipe aux Jeux olympiques de Londres malgré l'absence de budget pour les préparatifs.

Ce mercredi, lors de la présentation des nouveaux uniformes olympiques des sportifs grecs, le Ministre des sports a expliqué que la crise avait durement touché le milieu sportif.

Il a ajouté que les restrictions dans les dépenses gouvernementales pour le sport ont affecté la société, parce que le sport garde la jeunesse loin de la rue, de la drogue et du crime.

[Ioannis Ioannidis, Ministre grec des sports]
«En plus des problèmes généraux dans le pays, le sport a aussi un problème. Le budget pour les sports est de 0,02%. Cela va finir par coûter cher au ministère de la santé dans le futur, parce que le sport garde les enfants en bonne santé et en-dehors de la rue.»

Selon le président du Comité olympique grec, plus de 100 athlètes grecs se rendront aux Jeux Olympiques. Il ajoute que c'est un exploit accompli sans financement de l'état.
          
[Spyros Kapralos, Présidentm Comité olympique grec]
«L'état grec ne nous a pas donné d'argent pour préparer les Jeux olympiques, mais nous y sommes arrivé. Tout le monde s'est beaucoup impliqué. L'argent des sponsors et des entreprises privées a été consacré aux préparatifs pour que les athlètes puissent participer aux Jeux olympiques.»

Les sportifs grecs ont dû se contenter de lieux d'entraînements inadaptés, de manque d'équipements, de salaires non versés et de prix en espèces jamais distribués.

Selon les sportifs, les sponsors et les familles les ont beaucoup soutenus.

[Niki Panetta, Athlète, Triple saut]
«Je ne veux plus être dans cette misère. Ces deux dernières années, nous avons rencontré beaucoup de problèmes dans le milieu sportif et nous en rencontrons encore beaucoup. Mais nous essayons de nous en sortir par nous-mêmes, avec le soutien de nos fédérations, de nos familles, de nos sponsors, comme Adidas. Nous faisons pour le mieux. L'état n'est pas de notre côté.»

Les sportifs doivent surmonter les problèmes pratiques mais aussi endosser le poids psychologique de la crise économique grecque qui affecte leurs amis et leurs familles.

[Christos Volikakis, Cycliste] :
«Au point où nous nous trouvons aujourd'hui, nous essayons de mettre ces problèmes de côté pour pouvoir nous concentrer et atteindre nos objectifs. Je pense que nous avons accompli cela, il ne reste qu'une vingtaine de jours. Nous allons donner tout ce que nous avons pour y arriver.»