Abolition d'indemnités de licenciement dans la fonction publique  

2012-07-11 16:59

 

Barry Ferguson est un conseiller financier. Plusieurs de ses clients, des employés de la fonction publique, aiment investir leurs indemnités de licenciement. En moyenne, le chèque forfaitaire est d'environ 20 000 CAD ou 16 000 EUR. Les employés du gouvernement les mieux rémunérés peuvent toucher jusqu'à 150 000 CAD ou 140 000 EUR .

[Barry Ferguson, société de courtage QTrade Financial Group] :
« Les montants compensatoires se situent entre 40 et 80 milliers de dollars (30 et 60 milliers d'euros). Pas de quoi changer radicalement la vie, mais la somme perçue peut certainement donner du piment à la vie.  »

La plupart des fonctionnaires d'État accumule une semaine d'indemnité pour chaque année de service. Sous les anciens contrats, un employé était éligible à l'indemnité non seulement à l'occasion d'un licenciement, mais aussi s'il quittait son emploi de plein gré ou partait en retraite volontaire. À présent le gouvernement Harper veut éliminer cet avantage et dédommager ceux qui ont cette clause dans le cadre de leur contrat. Le coût total de cette manœuvre se situe à plus de six milliards de dollars soit presque cinq milliards d'euros.

[Dan Kelly, président, Fédération canadienne de l'entreprise indépendante] :
« Dépenser des millions en indemnités de licenciement pour des gens non en perte d'emploi, qui ont la meilleure forme de sécurité d'emploi qui soit dans le pays et en outre, doués d'une pension de retraite plaquée or, est insensé ! »

Les employés dans la  fonction publique ne veulent pas parler. (
[Autre journaliste] :
« ...une question sur  l'indemnité de licenciement ? »
)

[Piétonne] :
« .. non non ... »

[Piéton (lunettes)] :
« Je n'ai aucun commentaire, désolé ! »

[Piéton] :
«  Euh, non ! »

[Autre journaliste] :
« Je peux vous poser une question sur l'indemnité de licenciement ? »

[Piéton] :
« Non, merci beaucoup ! Merci !»


(HANNAH SE LEVE)

Le gouvernement estime économiser aux contribuables, cinq cents millions de dollars soit quatre millions d'euros annuellement, en éliminant cette indemnisation spéciale pour ceux qui démissionnent ou partent  en  retraite.
Les syndicats ont négocié des augmentations de salaires plus élevées, pour compenser la perte de cet avantage ... Ces augmentations peuvent cependant annuler les présumées économies.