Des athlètes chinoises disqualifiées pour avoir truqué un match 

2012-08-03 15:24

 

Le match en double dame de badminton opposant la Chine et la Corée du Sud a mis près de 5000 personnes en colère. Les deux équipes semblaient vouloir perdre. Un autre match semble avoir été la victime de la même tactique.

Ce scandale a soulevé le mécontentement des arbitres et des organisateurs des Jeux olympiques de Londres. Les huit joueuses ont été accusées d'avoir essayé de perdre pour ne pas avoir à rencontrer leurs compatriotes en quart de finale.

Après enquête, la Fédération de Badminton féminin et le Comité international olympique ont décidé de les disqualifier pour refus de compétition.

Selon Mark Adams, porte-parole du Comité international olympique, la Fédération de Badminton féminin a pris des premières mesures, mais cela n'est pas suffisant.

Mark Adams a aussi précisé que " Nous voulons nous assurer que les trois comités olympiques nationaux concernés considèrent aussi l'entourage, pour que ce ne soient pas seulement les athlètes qui soient punies. "

La joueuse chinoise Yu Yang a plus tard admis qu'elle n'avait pas mis toutes ses forces dans le match ni respecté l'esprit olympique. Yu Yang a déclaré par la suite sur son blog son arrêt définitif du badminton.

[Fan Huchang, Étudiant chinois aux États-Unis]:
«Les matchs arrangés sont contre l'esprit des jeux. Elles méritent d'être punies, mais il faut voir qui est responsable en coulisses. Les joueuses suivent les ordres de leur entraîneur qui suit les ordres de ses supérieurs. Donc le problème vient des autorités.»

La mère de Yu Yang a aussi appelé les autorités à donner une explication sur cette situation.

Le scandale a suscité des vives discussions parmi les internautes chinois. Jusqu'au 2 août à 19H45, plus de 510 000 personnes ont voté dans un sondage. Près de 50% ont voté pour soutenir le respect de l'esprit olympique.

Selon Ju Bin, entraîneur sportif canadien, le sport devrait être au service de l'humanité et non du gouvernement ou des partis politiques.

[Ju Bin, Entraîneur canadien]:
«Tant que je peux gagner la médaille d'or, tout va bien. En quelque sorte, c'est contraire à l'éthique et à l'esprit des sports.»

L'équipe chinoise de badminton est déjà connue pour des matchs arrangés lors des Jeux olympiques de Sydney et d'Athènes. En 2011, sur 99 matchs joués entre des équipes chinoises, 20 matchs se sont terminés par forfait ou abandon.

En 2008, lors d'une interview télévisée, Li Yongbo, entraîneur principal de l'équipe nationale de badminton chinoise, a révélé les dessous des matchs arrangés à Athènes.

 Il disait même avec fierté que " C'est parce que nous sommes puissants, nous avions plusieurs joueurs dans le top 4 et le top 8, que nos adversaires ne seraient même pas en position de truquer un match.»

Après cet incident, le système sportif chinois est remis en question.Mu Wenbin est un militant pour la démocratie en Chine et un ancien journaliste de plusieurs grands médias chinois.

Il explique qu'aux États-Unis, aucun organe sportif ne dépend du gouvernement américain pour l'entraînement des athlètes professionnels. Pourtant les États-Unis restent dans les meilleurs pays sportifs ; alors qu'en Chine, le PCC dilapide l'argent des contribuables pour entraîner des athlètes à remporter des médailles d'or à la gloire du parti.

[Mu Wenbin, Ancien journaliste et militant pro-démocratie]:
«Le système sportif existant en Chine est le même que celui de l'ancienne Union soviétique. Il cherche l'honneur du PCC. Il dépense beaucoup d'argent pour former des athlètes depuis l'enfance pour en faire des médaillés d'or. Mais l'industrie sportive du pays n'a pas grandi.»

Selon le journal anglais Time, la Chine veut utiliser la victoire de ses athlètes pour justifier les positions de son régime. L'ancienne Union soviétique et l'Allemagne de l'est faisaient pareil. Mais le succès des champions sportifs ne peut être utilisé pour justifier de la culture politique. Cette situation dénonce un manque de confiance et des problèmes moraux importants.

Dossiers interdits, NTD