La corruption cachée du régime communiste chinois 

2012-08-17 15:29

 

Selon un hebdomadaire économique chinois, les bénéfices de certaines entreprises sont dissimulés pour ne pas être reversés en salaire mais consacrés à d'autres projets. Mais que sont ces autres projets?

L'un d'entre eux est appelé le schéma des salaires fantômes. Une personne est payée sans avoir eu à effectuer aucun travail. Par exemple, 30 membres du Parti communiste retraités du Département de l'éducation dans la province du Hubei continuent de recevoir le même salaire année aprés année. La fille d'un ancien secrétaire de parti au niveau cantonal a reçu un salaire pendant 5 ans, sans avoir effectué aucune tâche. Dans la province du Shandong, plusieurs responsables accusés de crimes ont continué de percevoir un salaire alors qu'ils se trouvaient en prison. Dans la province du Shaanxi, 2100 personnes étaient ainsi payées pour ne rien faire.
 
Il y a aussi la tactique des logements sociaux pour les responsables du PCC. Ceux-ci reçoivent des logements à 1/8ème du prix du marché dans le centre-ville de Pékin. Ils reçoivent un téléphone avec un forfait mensuel de 500 yuans. Et les crèches de l'administration reçoivent des enveloppes de dizaines de millions de yuans chaque année.

Pour le directeur de l'Institut d'observation contemporaine, il s'agit d'un phénomène courant à tous les niveaux du PCC.
 
[Liu Kaiming, Directeur, Institut d'observation contemporaine]:
«Ils sont approvisionnés en aliments sains, ils ont leurs propres maisons d'hôtes, leur trésorerie privée et leur cantine. Tous les aliments sont disponibles à très bas prix avec plus de variété. C'est très commun pour ce genre d'institution nationale. Tout le monde sait et tout le monde critique, mais personne n'y peut rien.»

Selon le Rapport 2011 de la distribution centrale du budget, neuf unités de l'Académie chinoise des sciences auraient reçu près d'un milliard de yuans d'aides sociales au nom de différents projets. Un département financier du Ministère de la protection de l'environnement a détourné 850 000 yuans de fonds en les attribuant à de soi-disant défraiements de repas. Le ministère des terres et des ressources à détourné 11,6 millions de yuans et le Ministère de la technologie de l'industrie et de l'information a distribué plus de 4 millions de yuans en indemnités non reprises dans son budget.

Ces bénéfices cachés sont un privilège typique du système communiste.

[Lan Shu, Observateur, Affaires courantes chinoises]:
«Ces biens sociaux sont un privilège qui démontre la supériorité des responsables communistes chinois. La distribution des bénéfices est une manifestation concrète de ce privilège.»

Dans ce système privilégié, aucun système de surveillance n'existe. Le public ne peut rien dire sur le comportement des autorités. Les agences et les responsables du parti peuvent facilement transférer des biens de l'état vers leurs propres trésoreries en-dehors du système, puis dans leurs propres poches.

NetEase a publié un rapport sur les salaires en 2011, reprenant un total de 261 entreprises d'état. Le salaire moyen annuel de leurs employés actifs était 2,4 fois plus élevé que le salaire moyen annuel des employés de départements non privés et 4,2 fois plus élevé que le salaire annuel moyen des employés des départements privés.
 
Selon Lan Shu, le régime communiste garde à tout prix ces entreprises d'état comme groupe d'intérêt spécial pour maintenir son pouvoir et ses privilèges. Tant que le PCC durera, ces bénéfices invisibles existeront.

Dossiers interdits, NTD